Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘téléphone’

C’était une journée ordinaire au bureau. Nous étions tous en train de nous chamailler d’échanger des idées stratégiquement intéressantes pour le développement du site www.pompe-a-biere.com.

Nous étions 5 : Richard, Vincent, Mickaël, Julie* et moi.

Julie s’occupe du Service Clients et a donc un téléphone greffé à l’oreille en permanence. Julie, c’est ma collègue, ma copine de chaussures et de migraines. Elle est toujours souriante, drôle et apporte un joli petit grain de folie dans notre entreprise.   

Nous étions donc en train de débattre des améliorations à apporter au flux du site lorsque nous nous tournons tous vers Julie attirés par la panique qui émanait de sa voix.

  • Allo, Monsieur PetitJean* ? Monsieur PetitJean, vous m’entendez ?Monsieur PetitJean, répondez-moi, s’il-vous-plaît !

(Vince choisit à ce moment précis de lancer une vanne pas drôle du tout)

  • Mais ce n’est pas drôle, le client ne répond plus !, s’énerve Julie.
  • Ce n’est pas grave, rappelle-le !, dit Richard
  • J’ai uniquement son numéro de portable et ça ne répond pas ! Il faut que j’appelle les pompiers !
  • « Mais enfin pourquoi ???? », nous exclamons-nous tous d’un seul homme (et une femme, moi en l’occurrence)
  • Juste avant que je n’entende plus Monsieur PetitJean, il a dit « Je ne me sens pas bien du tout », il a du faire un malaise  ! Si je ne fais rien, c’est non-assistance à personne en danger ! explique Julie, au bord de la crise de nerfs.

On se regarde tous, un peu sceptiques. Mais nous laissons Julie faire. Nous reprenons tous nos activités professionnelles tout en gardant l’oreille bien tendue vers Julie.

Julie compose le 18.

  • Oui, Bonjour, je suis Julie de Pompe-a-biere.com, je vous appelle car j’étais en conversation avec un client qui ne répond plus et ces derniers mots ont été « Je ne me sens pas bien du tout ».

Là, l’oreille toujours en alerte, nous déduisons des bribes de conversations que le pompier au téléphone lui dit qu’elle est dans le 59 et que le client en question étant dans le 69, ils vont la transférer dans le département concerné.

Je vous passe les détails, mais au final, les pompiers disent qu’ils se mettent immédiatement en route pour porter secours à Monsieur PetitJean.

Julie, le sentiment du devoir accompli, se sent déjà mieux.

L’atmosphère se détend au sein du bureau et nous reprenons des activité normales, c’est à dire que Vince remet le nez dans son flux (ce qui donne lieu systématiquement à de mauvais jeux de mots), Mickaël s’emploie à coder frénétiquement, Richard retourne à son golf (normal, c’est notre boss) et quant à moi, j’attaque ma seconde compote pomme-mangue en corrigeant un e-mailing tandis que Julie se remet de ses émotions.

Le téléphone sonne. (Les affaires reprennent !)

Julie décroche.

  • Ah Monsieur PetitJean, c’est vous, mais vous m’avez fait une peur bleue ! J’ai cru que vous aviez fait un malaise ! Ahahahaah HihihihohHIHIHI !!! Ah oui, mais je croyais que…. AhAHAHAHAHAH !!! Oui, Monsieur PetitJean ! Je suis rassurée, Monsieur PetitJean, mais il faut que je vous dise que vous risquez d’avoir la visite des pompiers, s’esclaffe t-elle !

Nous assistons à cette scène quelque peu surnaturelle dans un silence total perturbé par les éclats de rire de Julie, qui se tortille sur son fauteuil, rougit et frise la crise de fou-rire.

Nous nous inquiétons alors pour sa santé mentale. Elle raccroche mais elle est incapable de prononcer le moindre mot tellement elle pleure… de rire !

Enfin, après avoir pratiqué une micro séance de relaxation sophrologique, elle nous explique sa conversation avec Monsieur petitJean.

En fait, Monsieur PetitJean n’a pas fait de malaise. Il n’entendait tout simplement plus Julie. Il n’a JAMAIS dit « Je ne me sens pas bien du tout » mais « Je ne vous entends pas bien du tout ». Puis il a expliqué qu’il n’a pas répondu au téléphone car il s’est rendu aux toilettes et que lorsqu’il va aux toilettes, il n’emmène pas son téléphone.

Vous imaginez bien le fou-rire général que cette conversation de sourds a déclenché au sein de l’équipe !

Le soir-même, Monsieur petit-Jean nous envoyait un e-mail en nous disant qu’effectivement, deux minutes plus tard, les pompiers avaient tambouriné à sa porte, menaçant de l’enfoncer. Lorsque que notre client leur a expliqué ce quiproquo rigolo, les pompiers ont éclaté de rire, le remerciant presque pour ce moment de légèreté dans leur journée éprouvante !

Tout ceci pour vous dire que chez www.pompe-a-biere.com, les clients sont vraiment entre de bonnes mains (et de mauvaises oreilles) grâce à notre Julie adorée ! Il est vrai que certains soldats du feu sont plutôt à notre goût !

Alors, ne vous avisez pas à nous faire des blagues, les pompiers, le SAMU, la SPA, la police voire même le GIGN pourraient débarquer chez vous ! On ne plaisante pas avec la santé des clients ! 🙂

  • Pour des raisons de confidentialité, le nom de notre aimable client a été modifié.
  • Avec la sympathique autorisation de Julie et de sa bonne humeur permanente !

Read Full Post »

Jeudi – 14h00

Aujourd’hui, j’ai RV à la piscine pour le deuxième cours afin d’obtenir mon agrément : la pratique !

Le principe est très simple : plonger, nager 50 mètres, aller rechercher des objets au fond de la piscine et sauver un mannequin cul-de-jatte.

Bref à part avoir bu la tasse après une technique de retournement douteuse, j’ai fait un sans fautes !

Je réintègre donc les vestiaires après être passée par la case « douche brulante ».

Je m’active sévère car Daniel (le moniteur) et le Papa de Jules m’attendent pour le debrief !

Dans ma cabine d’1m², je balance mon maillot de bain trempé par terre et entreprend de me sécher en me cognant les coudes. Au moment d’enfiler ma petite culotte, mon portable se met à sonner dans mon sac ! Je farfouille en équilibre sur un pied, trouve l’objet bruyant et voit apparaître « numéro inconnu » sur l’écran.

En temps normal, je n’aurais pas répondu. Mais ce matin après des appels quotidiens, ma curiosité m’a poussée à répondre à « numéro inconnu ». Et ce n’était que mon opérateur qui s’inquiétait simplement du fait que je payais trop cher un forfait que je n’utilise même pas en totalité ! Résultat du coup de fil : SMS, MMS, TV et Internet illimités pour la moitié du prix de mon forfait actuel ! Elle est pas belle la vie ?

Donc, toujours à cloche pied, petite culotte à la main, lunettes de natation emmêlées dans mes cheveux dégoulinant dans mes sandales, je décroche en m’imaginant déjà que « numéro inconnu » va me proposer l’affaire du siècle genre 50% de réduction chez Chanel ou une paire de Louboutin (parce que je le vaux bien) !

Et là, c’est la déception totale…

–       Allo, Madame L. ?

–       Oui

–       C’est Mme M. du Pôle Emploi. Comment allez-vous ?

–       Euh… bien, merci et vous ? (bruit d’enfants courant en hurlant dans les vestiaires)

–       En fait, pas très bien, j’ai des problèmes de santé…

–       Pas trop grave, j’espère ?

–       Suffisamment pour que je sois inquiète… C’est donc Mr C. qui va reprendre votre dossier. Comment se passent vos recherches d’emploi ?

–       Oh, très bien ! (une petite pestouille passe devant ma cabine en chantant à tue-tête « En avant Oui-oui, OUI-OUI ! C’est toi qui conduis… Pouêt, pouêt, pouêt ! ») J’ai d’ailleurs eu un entretien qui s’est plutôt bien passé et mon éventuel futur employeur aimerait connaître certaines subtilités d’abattement fiscal en cas d’embauche !

–       Mais c’est une excellente nouvelle Mme L. ! Il faudrait qu’il se renseigne auprès du CI(truc) et du SI(machin) ou alors il peut appeler le 3995 ! Vous avez pris note ?

–       Oui, oui, merci Mme M. ! (je suis en train de tagger la porte du vestiaire avec mon rouge à lèvres afin de notre ces précieuses informations mais je suis en fin de tube alors svp, arrêtez de parler !!!)

–       Je souhaiterais également que nous nous revoyons le mardi 18 mai à 14h30. Vous êtes disponible ?

–       (Pas le temps de chercher mon agenda) Oui, bien sûr Mme M., avec plaisir !

–       Au fait votre formation en ouaibe-marketinge a été acceptée ! C’est une bonne nouvelle ça, non ?

–       Effectivement, j’en suis ravie ! Merci Mme M. !

–       Bon après-midi Mme L.

–       Merci Mme M. et Bon rétablissement !

Raccrochage.

Habillage.

Sortage de la cabine de déshabillage/habillage.

Coup d’œil dans le miroir avant de rejoindre Daniel, le moniteur barbu, et Papa de Jules, que tellement il est grand, il a pied dans le grand bassin !

C’est la CATA !!!!

Je ressemble à un panda qui aurait fumé ses feuilles d’eucalyptus au lieu de les manger !!!!

J’ai les yeux rouges et mon mascara a coulé partout. Un véritable désastre !!!!!

Je ne peux pas sortir comme ça… (Ils viennent de te voir COMME Cà puisque tu étais dans la piscine avec eux !)

Quelle idiote ! Ce matin, je n’ai pas pensé à mettre du mascara WaterPlouf !

Alors, je me mets à frotter, frotter, et ça s’étale…

Heureusement, je trouve dans le fond de mon sac un tube d’anticernes ! Je répare les dégâts des eaux en 10 secondes chrono et je file retrouver mes compagnons de natation !

Et avec mon plus beau sourire je leur dis : « Oh vous êtes déjà là ? C’est vrai que vous, vous n’avez pas de soutif à agrafer ! »

Daniel sourit et nous dit : « Bravo à vous deux, vous avez réussi la pratique ! Demain à 9h, on attaque les maths et la physique pour que je vous explique comment calculer votre point de gravité dans l’eau ! »

WTF !!!!

– Euh… Daniel, désolée, ça va pas être possible : Demain, j’ai piscine …

Read Full Post »