Feeds:
Articles
Commentaires

Dieu l’a dit. Je vais le faire. Enfin, je vais essayer !

Quelle brillante idée !!! Moi qui adore les fleurs et les collectionne depuis des années !

Il y a 10 ans, j’avais l’air de Laura Ingalls, qui se serait roulée dans un champ de marguerites, quand je débarquais au bureau avec une fleur ou deux dans les cheveux…. Mais là, je vais être fashion à mort !!!!!

Dieu a décrété que c’était le retour du flower power !

Je pars donc à la recherche de mes petites fleurs H&M, Claire’s, Accessorize et celles que j’avais achetées chez Top Shop lors d’une virée à Londres !

J’en ai retrouvé une belle brassée, la plupart accrochées dans les cheveux crépus des poupées de ma fille….

Devant le miroir, je fixe, j’accroche, je mélange, je fais des bouquets !

Je chausse mes lunettes de soleil et me glisse dans le jardin, histoire de me mettre au soleil et de voir si ça pousse !

Que nenni ! Il faudrait que j’y ajoute une dose de Fertiligène ! Sur la boîte de cet engrais miraculeux, il est écrit « action immédiate » ! C’est exactement ce qu’il me faut !

Oh my God ! Mon mari débarque….

–       Mais qu’est-ce que tu fabriques avec l’engrais pour les géraniums ? 

–       Euh…. J’essaie de faire pousser les fleurs rapidement !

–       Mais quelles fleurs ? On n’a pas de géraniums de toute façon !

–       Ah…

–       Et c’est quoi cette montagne de fleurs que tu as sur la tête ? Tu vas à un enterrement de vie de jeune fille ? Une soirée déguisée ? C’est pas la Sainte-Catherine….

–       Non… Mais j’ai lu plusieurs articles qui disent que c’est top tendance de se faire pousser des fleurs dans les cheveux ! Alors comme sur la boîte de Fertilitruc il est écrit « action immédiate »….

–       Mais tu es complètement folle !!!! Tout ce qui va se passer, c’est que tu vas te retrouver chauve avec de graves brulures sur le crâne !!!! Y’en a marre de tes idées farfelues…

–       Bon… si tu le dis ! Je voulais juste tenter l’expérience !

–       Arrête de lire ces magazines débiles et enlève-moi ce pot de fleurs que tu as sur la tête ! En plus, je vais passer la tondeuse. Si tu restes allongée comme ça dans le jardin, je risque de te décapiter !

 

C’est incroyable ce que les hommes font preuve d’incompréhension quand il s’agit de mode !

J’attends qu’il tourne les talons et m’installe au milieu des pâquerettes….

Je sens naître la fleur qui est en moi… je suis zen… c’est ça le flower power !

Je veux être une fleur, je suis une fleur, un coquelicot dans un champ de blé….

Le vent caresse mes pétales et une coccinelle vient se poser sur moi…. Le bonheur …. !

[bruit de tondeuse]

–       Chérie, tu as une araignée sur le bras !

–       Mais non…. C’est une coccinelle…. Je suis une fleur….

–       Je t’assure que tu as une énorme araignée sur le bras droit ! Et y a plein d’abeilles qui te tournent autour !

–       AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!

 

[hurlement, écrasage avec ma tong à fleurs et fuite]

Non mais quelle idée absurde de se prendre pour une fleur ! C’est la porte ouverte à tous les insectes !!!!

Je rentre. Je ne cueille pas les fleurs qui sont dans mes cheveux. Je les arrache.

Fin de l’histoire.

Désormais, les fleurs dans les cheveux ce sera avec modération et uniquement l’hiver…. Quand les vilaines bestioles du jardin hiberneront !  

Bon OK… J’ai lu tous les bouquins de Sophie Kinsella sur les (més)aventures d’une accro shopping.

Certains soirs j’en pleurais de rire dans mon lit. Et parfois, dans des moments de lucidité, je me disais « mais c’est moi cette folle furieuse du shopping prête à tuer pour cette fabuleuse petite robe Prada en soldes ! ».

Je pense qu’avec le nombre de fringues que j’ai accumulé durant des années je pourrais ouvrir une boutique !

Tous les ans, mon mari m’oblige à faire un tri. QUOI UN TRI ? 

–       « Tu veux dire trier mes vêtements par couleur, genre, tissu etc… ? »

–       NON, tu tries pour jeter, débarrasser les armoires qui débordent, virer les monticules de linges qui poussent un peu partout dans la maison !

–       …

–       Tu n’achètes plus rien avant d’avoir fait de l’espace !

Debout devant mes petites montagnes de fringues, je reste perplexe… Pas envie de jeter quoi que ce soit…

Ne dit-on pas (qui a dit ça d’ailleurs ?) que « La mode est un éternel recommencement » ?

C’est donc stupide de se séparer de vêtements que je vais devoir racheter dans 2, 5 ou 10 ans !!!!

Et mon mari de renchérir :

–       C’est quoi tous ces habits que je viens de trouver dans des sacs avec encore les étiquettes dessus ? Tu ne vas JAMAIS les mettre ! Je suis sûr que tu ne te souviens même plus que tu les as achetés !

–       Mais Siiii !!!! J’ai juste pas eu le temps de les ranger !

–       Et ces chaussures ? Pourquoi tu ne les mets pas ?

–       Euh… elles sont trop petites…

–       Pourquoi tu les as achetées si elles sont trop petites ?!?!?

–       Elles sont TROP belles… Je les adore !!!! Mais il n’y avait plus ma pointure !

–       …. T’es complètement folle !!!!

–       Ben non… au pire, elles iront à Vanille ou Violette dans une quinzaine d’années…

–       CE NE SERA PLUS A LA MODE !!!!!

–       Mais si… Tout redevient toujours à la mode… Il suffit d’être patient !

–       La maison déborde avec tous tes trucs que tu entasses !!!

–       Tu me prêtes ton jean, mon cœur ?

–       Non mais ça va pas ?!?!? C’est pas ta taille !

–       Mais c’est la mode du jean « boyfriend » !!!!!

Il sort en claquant la porte et en marmonnant une série de mots inintelligibles, se prenant au passage les pieds dans une bretelle d’un de mes soutiens-gorges qui trainait…

Je crois que je n’ai plus vraiment le choix….

J’ai donc fini par céder pour 3 raisons :

1)    Il est devenu impossible de faire rentrer la moindre petite culotte dans les armoires qui menacent d’exploser, de s’éventrer, de déverser une lave de vêtements…

2)    J’ai rempli 10 sacs de 100 litres que j’ai été très fière de porter à La Croix Rouge et à Emmaüs. C’était ma B.A. !

3)    Je peux maintenant reprendre mes folles virées de shopping intensif !!!! Yeahhhhhh !

J’ai quand même une drôle impression de vide et cette phrase qui revient tous les matins : « J’ai RIEN à me mettre ! »

C’est grave docteur ?

Cette page est la vôtre…

La Shopping Addict que je suis a besoin de thérapeutes bénévoles ! A chaque fois que je ferai un achat (sauf bananes, dentifrice, jus d’orange, bigoudis etc…), vous aurez le droit, mais surtout le devoir de me remettre dans le droit chemin ! A savoir, me dire d’aller illico presto rendre l’article en question et me faire rembourser ou me féliciter de cet excellent achat qui m’était indispensable ! « Tu vas ressembler à une meringue avec cette jupe ! » ou encore « Tu vas avoir l’air d’une princesse avec cette robe, excellent choix ! »

Achats sur ordonnance !

Thérapie #2

 Je viens d’acheter ce magnifique ensemble Nuisette + Culotte chez UNDIZ !

J’adore cette marque ! Quand, je rentre chez Undiz, il y a des couleurs partout, des culottes à froufrous, des shorties en dentelle et même des caleçons flashy pour mon homme ! 🙂

Ce petit ensemble très « baby doll » m’a plu au premier coup d’oeil ! Mais ne me suis-je pas précipitée un peu trop vite ?

J’ai un mois pour échanger ou me faire rembourser !

A vous de juger donc !

Retrouvez ma thérapie#1 ici : http://wp.me/pTToJ-18

Aujourd’hui, je vais vous parler du trikini.

Vous ne savez pas ce que c’est ? Et bien, moi non plus, jusqu’à il y a peu…

En effet, Dieu a décidé que cette année, la mode serait au trikini ! TRIKIKOI ?!?!?

Trikini ça ressemble à bikini mais en fait non… c’est une sorte de 3 pièces : le haut pour cacher les seins, le bas pour cacher… le bas, et une troisième partie dans laquelle vous vous saucissonnez, et qui, ma foi, ne sert à rien !

Jetez donc vos monokinis, vos bikinis, vos « une pièce » et autres maillots de bain en stretch et achetez vous un TRIKINI… ou pas !

Messieurs, vous ne serez pas en reste car, grâce au déjanté Brüno, le trikini, vous allez y avoir droit aussi ! Cet été, nous serons donc tous saucissonnés sur la plage façon brochettes de boudins antillais!

Et les marques de bronzage ? Je ne vous en parle même pas ! En retirant votre trikini, en admettant que vous ayez réussi à l’enfiler sans vous étrangler, vous aurez toujours le look Justin Bridou, même après l’été !!! Vous pourrez même faire un remake de la pub Herta, celle où l’on grille une knaki sur le barbecue !

Votre mec va trouver ça sexy à mort !!!! Surtout quand vous allez tenter de l’enlever et que vous vous emberlificoterez dans les multiples élastiques… Top glamour !

Après avoir étudié l’objet sous toutes ses coutures, et Mon Dieu, il y’en a, j’ai constaté qu’il avait été conçu pour des tailles 34 à 36, voire 38, en étant sacrément large !

Ne vous aventurez pas à porter un trikini si vous avez autre chose que la peau sur les os (genre quelques grammes de gras comme tout individu normalement constitué), ou si vous n’avez pas une musculature de culturiste.

En effet, le trikini va mettre en valeur votre cellulite, votre peau d’orange, votre culotte de cheval et autres petits bourrelets disgracieux !

Le trikini, c’est un peu comme si vous vous installiez dans un hamac à larges mailles (voir photo pour démonstration) : il fait de vous un saucisson pur pores (non, il n’y a pas de faute) !

Le trikini est parfait pour les brindilles, ces filles sublimes qu’on ne voit que dans les magazines, photoshopées à mort ! Mais elles aussi, elles auront l’air de saucisses, certes des saucisses allégées, mais des saucisses sèches quand même grâce aux satanées traces de bronzage que fait le trikini !

Donc, les choupinettes, ne jetez pas vos anciens maillots de bain, ne faites pas la saucisse cet été (saucisse qui sera d’ailleurs grillée) !

Votons pour le maintien du traditionnel bikini qui nous va si bien, même avec nos petits défauts que l’on dissimulera joliment sous un paréo… et laissons le trikini là où il est, c’est-à-dire, sur le papier glacé et sur les podiums !

Moi, je dis, que cette année, Dieu a tendance à prendre nos vessies pour des halogènes !!!

Que l’on soit bien en phase : quand je dis « Dieu », je parle de ces magazines féminins qui font la pluie et le beau temps de notre dressing et de notre trousse de maquillage !

Dieu, pour les pauvres cinglées du shopping que nous sommes, s’appelle aléatoirement Marie-Claire, Glamour, Elle ou encore Biba.

Et depuis quelques semaines, on nous dit, on nous assure, on nous jure que si on ne met pas du bleu pétant sur nos paupières, on est des grosses nazes !

Alors, toujours prête à tout essayer (je ne veux pas mourir idiote), je fais l’acquisition du monobulle « effets spéciaux » bleu turquoise d’Agnès B.

En contemplant le petit pot et la couleur bleu flashy, j’ai une sorte de flash-back : c’est le même bleu que portait Sue Ellen Ewing dans Dallas !

Mon enfance a été bercée par Dallas, Côte Ouest et autres Drôles de Dames, le mercredi chez ma Boucha (Boucha = Mamie en polonais, mais nous reviendrons sur mes origines dans un autre post) ! D’ailleurs ma Boucha, elle en mettait du bleu sur ses paupières, le dimanche, et je la regardais, admirative, aspirant d’atteindre vitesse grand V l’âge de me peinturlurer les yeux !

Aujourd’hui j’ai l’âge mais plus forcément l’envie.

Plusieurs options s’offrent à moi : étalage à la truelle façon Courtney Love, à la Marilyn Monroe version Andy Warhol ou… avec les ongles façon Desireless !

  

Bon, je me lance. J’étale avec un petit pinceau l’ombre à paupières. Vanille débarque alors dans la salle de bains.

–       Ben Maman… pourquoi tu prends pas une feuille pour faire de la peinture ?

–       Mais je ne fais pas de la peinture, je me maquille !

–       Je peux faire comme toi ?

–       On verra quand tu auras 18 ans !

Je contemple le résultat dans le miroir. C’est spécial quand même. Un peu de poudre est tombé en dessous de mon œil. On dirait que je viens de me prendre une porte dans la tronche. Je répare donc les dégâts avec du coton.

On sonne à la porte.

–       Bonjour Madame. Je viens chercher la machine à laver.

–       Ah oui, venez, elle est dans le garage !

–       Vous ne seriez pas infirmière par hasard ?

–       Euh… non ! Pas du tout ! Pourquoi ?

–       Ben, j’suis ambulancier et j’ai l’impression de vous avoir vue à l’hôpital !

(Espèce de gros obsédé, tu te casses illico presto avec le lave-linge ou tu vas finir dedans sur mode essorage histoire de te remettre les idées en place !!!!)

Conclusions :

1)    Si vous ne déposez pas le bleu sur vos paupières avec toutes les précautions d’usage (surtout ne pas déborder et ne pas faire tomber de poudre ailleurs sur le visage), on vous prendra pour une femme battue.

2)    Avec ce maquillage, vous devenez le stéréotype de l’infirmière (grand classique parmi les nombreux fantasmes masculins) !

3)     L’univers du Dieu de la mode est aussi impitoyable que celui de Dallas !

4)    Avec le tabac qu’a fait Avatar dans les salles, je suis prête à parier que Dieu va nous imposer très prochainement un total look bleu à la Na’vi… Allez, ressortez vos déguisements de schtroumphettes !  

Si toi aussi, tu as testé le bleu revival des années 80, envoie-moi une petite photo, que je me sente moins seule… 😉

Un lundi matin comme les autres chez mon dentiste…

Après plusieurs rendez-vous, invariablement le lundi matin, mon dentiste, que nous appellerons Bernard (pour ne pas effrayer sa clientèle vu les propos qui vont suivre), m’annonce que « Madame L., je ne vais pas pouvoir dévitaliser votre dent. »

–       Ah bon, mais alors arrachez-la et mettez-en moi une toute neuve !

–       Ça ne fonctionne pas comme ça, Madame, je vous mets au défi de trouver un dentiste qui acceptera de vous arracher une dent sans raison médicale valable !

–       Que fait-on alors ?

–       Ecoutez, ça fait 5 fois que j’essaie de vous anesthésier cette dent, en utilisant 2 techniques différentes, et c’est l’échec…

–       Et ça arrive souvent ce genre de choses ?

–       En fait… Non. Il est possible que votre organisme soit réfractaire à l’anesthésie. Je vais donc vous orienter vers un de mes confrères spécialisé dans l’anesthésie.

–       Si vous le dites…

Quelques semaines plus tard, après effectivement avoir rencontré le confrère en question, qui, lui, a tout à fait réussi à m’anesthésier et à m’extorquer 590 € non remboursable par ma mutuelle (et donc encore moins par la Sécu), me revoilà dans le cabinet de Bernard pour achever les travaux sur ma dent.

–       Madame L., ouvrez bien grand la bouche, s’il vous plaît !

–       Moui…

–       Bon que se passe t-il ?!?!? (j’ai failli le mordre par inadvertance)

–       Ça fait super mal quand j’ouvre la bouche, au niveau de la mâchoire !

–       Je soupçonne que vous ayez un SADAM… Il va falloir prendre RV avec le Professeur D.

–       QUOIIII ?!? SADAM (Hussein) est dans ma bouche ? J’ai un terroriste qui maltraite ma mâchoire ?!?

–       Il faut qu’on trouve une solution, Madame L., car là, il faut que je finisse le soin ! Allez, ouvrez bien grand !

–       …

–       CORINNE (c’est son assistante), vous pouvez venir, s’il-vous-plaît ? J’ai besoin d’aide avec ma patiente (récalcitrante) !

Et les voilà tous les deux m’ouvrant la bouche de force. C’est limite de la torture ! A vous dégoûter A VIE de glisser le moindre petit orteil dans le cabinet d’un dentiste !

–       Bon, je ne peux plus rien pour vous aujourd’hui. Même à 2, on n’y arrive pas ! Prenez RV le plus vite possible avec le Professeur D. pour ce problème de SADAM !

–       Ok, je vais le faire.

–       Bon, on se revoit la semaine prochaine (petit sourire sadique de Bernard). Essayez de prendre un Lexomil avant notre RV, ça va détendre les muscles de votre mâchoire et on pourra peut-être terminer le soin.

–       Du Lexomil ?!?!? Si vous le dites…

Le lundi suivant, j’arrive à moitié (complètement) shootée au Lexomil chez Bernard le dentiste.

–       Alors Madame L., le Lexomil vous détend ? On va pouvoir attaquer (le terroriste ?) !

–       Moui… Je me sens super détendue !

–       Allez, on ouvre bien grand la bouche !

–       …

–       Madame L. ? Vous êtes en train de vous endormir là !!!!

–       C’est pas moi, c’est le Lexomil…

–       CORINNE ? Vous pouvez venir, s’il-vous-plaît ? La patiente s’endort !

Finalement, les 2 psychopathes dentaires ont réussi à terminer le soin en question grâce à des outils de bourreaux qui servent à maintenir la mâchoire ouverte (que même si tu veux la fermer, tu peux pas, sinon la barre de métal te transperce la bouche).

–       Allez, à la semaine prochaine, Madame L. !

–       Je suis obligée de revenir ?

–       Si vous n’avez pas de douleur, vous pourrez toujours annuler le RV !

Je vais m’ gêner tiens !

Les méthodes des dentistes sont de plus en plus douteuses (et de plus en plus couteuses !)… CQFD !

 

Ben Oui…. POURQUOIIIII ?!?!?!?

19H57 – Repas en famille

Les protagonistes : Vanille, Violette, Olivier et moi.

Au menu : spaghettis à la bolognaise préparées par Monsieur !

Conversation :

–       Vanille, arrête de regarder la télé, tu en fous partout !

–       C’est pas grave, Maman, de toute façon, tu vas laver mon t-shirt !

–       Je ne suis pas ta boniche ! Et en plus, la sauce tomate, ça ne part pas !

–       Ben si, Maman, il faut que tu mettes du Vanish dessus… Regarde à la télé, ils disent que les tâches s’évanouissent !

–       Mais enfin, Vanille, arrête de croire tout ce qu’ils racontent à la télé !!! Ils disent n’importe quoi ! J’en ai déjà acheté et je t’assure que la tâche, elle ne s’évanouit pas du tout ! Ce sont des mensonges ! C’est juste du Marketing…

–       Ah, mais oui, Marketing, c’est ton boulot Maman ! ça veut dire que le jeu que tu fais du marketing dessus, celui que tu nous as montré à Auchan avec une Madame qui a un pistolet (NDR : BlazBlue), il marche pas ?

–       (petit rire étouffé d’Olivier)

–       Mais si, mon cœur, il marche très bien ce jeu ! Ta Maman, elle ne ment jamais !

–       Alors pourquoi tu dis que Vanish, ça marche pas ?

–       PARCE QUE !!!!

–       Parce que quoi Maman ?

–       Imagine que le jeu de Maman, c’est un peu comme ton DVD de La Belle au Bois Dormant, remastérisé, recolorisé, le top du top quoi ! Et Vanish, c’est un peu comme tes vieux DVD de Oui-Oui que Violette adore tellement qu’elle fait du freesbee avec ! Maintenant, ils ne marchent plus !

–       Ah oui… mais Oui-Oui, il enlevait les tâches ?

–       OUI-OUI ! (Violette)

–       Bon maintenant, ça suffit, vous finissez vos pâtes et au lit !!!

–       Elles sont bonnes mes pâtes, hein ? (Olivier)

–       Délicieuses, Papa ! (Vanille)

–       Excellentes mon cœur ! (Moi)

–       Miam-miam pâtes Papa ! (Violette)

–       Comme ça tu arrêteras de dire sur ton blog que je ne sais faire que les crêpes !!!! (Olivier)

–       Mais qu’est-ce que vous avez TOUS contre moi ce soir !